Le retour à la vie corporelle

Si le fait de se détacher du corps est un passage obligé pour un Esprit lors de la mort du corps, dans le sens opposé, le fait de retourner dans un corps neuf est aussi une démarche à suivre, et que doit accomplir un Esprit jusqu’à ce qu’il soit arrivé au niveau suprême où il ne se réincarne plus. On peut donc dire que la réincarnation est donc une nécessité de la vie d’un Esprit, tout comme la mort est considérée comme étant une nécessité de la vie corporelle.

  Les préludes du retour

Lorsqu’un Esprit sent qu’il sera bientôt de retour à une vie incarnée, tout comme un aveugle sent le feu dont il s’approche, une série d’éléments vont lui annoncer ce retour qui est pour très bientôt, mais il n’est pas vraiment au courant de ce qui arrivera ou de quand cela arrivera.
Il est vrai que tous les Esprits ne sont pas particulièrement préoccupés par leur réincarnation. Mais pour certains, des Esprits qui sont peu évolués, ils n’arrivent même pas à la comprendre. Tout va se passer en fonction de leur nature plus ou moins évoluée dans le processus de purification. L’Esprit peut prendre du retard ou faire en sorte que le moment de sa réincarnation vienne plus vite. Il peut faire en sorte qu’il se rapproche en l’appelant de ses vœux, comme il peut aussi s’en éloigner dans le temps en reculant devant cette épreuve. Chez les Esprits, il en est certains qui, comme chez les hommes, sont plutôt lâches et des insouciants. Mais au cas où il retardera le moment de sa réincarnation, l’Esprit en souffrira.
L’accession à un degré supérieur étant un besoin que l’Esprit ressent franchement, il doit à un certain moment plutôt qu’à un autre partir dans une aventure corporelle qu’il le veuille ou non, qu’il se sente prêt ou pas, car c’est là son destin.

L’union de l’Esprit avec le corps est-elle prédestinée ?

Et pourtant cela est bien une réalité ! L’Esprit est à chaque fois désigné d’avance par Dieu. Dieu, qui on le sait, est omnipotent et omniprésent sait tout et voit tout, donc il y pourvoit. L’union d’un corps avec un Esprit ne peut pas être une décision qui se prend à la dernière minute. Mais il se peut dans certains cas que l’Esprit aussi puisse choisir le corps dans lequel il va se réincarner, car au cas où ce corps serai pourvu de certaines imperfections, cela correspondrait pour lui à autant d’épreuves qui aident à son avancement. Quand il y a une certaine symbiose entre la mission de l’Esprit sur Terre et les obstacles qu’il sera amené à affronter au contact du corps choisi, Dieu ne voit souvent aucun inconvénient dans le choix du corps qu’aurait effectué l’Esprit. Le but final étant une accession de l’Esprit vers un état de purification complet.

Pour les fois où l’union de l’Esprit avec un corps est imposée par Dieu lui-même, il se peut soit que l’Esprit ne soit pas encore pour le moment apte à faire un choix en toute connaissance de cause. Ou alors l’Esprit a eu un comportement dans une vie antérieure qui nécessite qu’il s’en repente d’une façon ou d’une autre. Et cette obligation venant de Dieu va amener l’Esprit à prendre avec beaucoup de volonté la cause d’un sujet qui aura, par sa naissance et sa situation dans le monde physique, à devenir un sujet de punition.
C’est donc cette prédestination des corps et des Esprits qui permet d’éviter que plusieurs Esprits se présentent au même moment afin d’habiter un même corps. Et pourtant il arrive souvent qu’ils le demandent, mais dans ces cas-là, Dieu juge de la situation et tranche selon son bon vouloir.

L’acte de l’incarnation

Comme c’est habituellement  le cas au moment de la sortie de l’Esprit  d’un corps, à la mort de celui-ci, l’Esprit est tout d’abord plongé dans une sorte de trouble encore plus vaste et surtout plus long dans le temps, que celui qui règne  au moment de l’incarnation. Tandis qu’à la mort du corps physique, l’Esprit sait qu’il sort de d’une sorte de situation d’esclavage, il sait aussi à l’incarnation, qu’il va rejoindre cette situation de servitude.
L’Esprit est donc dans un état d’esprit tout proche de celui du voyageur qui prend son embarcation pour une traversée pénible et dangereuse, et dont il sait à quels risques et périls il va s’exposer, mais dont il ne peut pas connaître la fin qu’elle soit fatale ou qu’elle ne le soit pas.

De la même manière que la mort du corps matériel peut être vue comme une sorte de renaissance pour l’Esprit, l’incarnation est elle aussi une mort dans un certain sens. Ou d’un point de vu plus doux, une sorte d’exil et une incarcération dans ce corps fait de chaire. L’Esprit n’ignore donc pas qu’il abandonne le monde spirite pour le monde corporel ou il va mener une vie en tant qu’homme. Il est déjà au courant qu’en temps voulu il sera amené à quitter ce corps pour redevenir un Esprit, mais comme c’est aussi le cas pour l’homme qui ne sait quand il mourra, l’Esprit n’a aucune conscience de sa fin de vie terrestre qu’à l’ultime moment. C’est donc cette incertitude qui va le placer dans une grande situation d’anxiété qui peut légèrement apparaître à certains moments au cours de sa vie sur Terre.

En conclusion

Si le fait de retourner à la vie dans un corporelle de chaire, est clairement le contraire de la séparation du corps, pour l’Esprit c’est un obstacle beaucoup plus douloureux car il n’a aucune idée de comment il va venir à bout de toutes les épreuves qui vont au cours de sa vie terrestre lui être donnée d’affronter.

Laissez un commentaire