Les cycles de la réincarnation

Il est établi que la vie des Esprits n’est qu’une incessante succession de réincarnations, et cela dans le but de s’acquitter au fur et à mesure des épreuves que représente chaque nouvelle existence sur terre. Le fait de passer d’une vie corporelle à une vie spirituelle doit toujours s’effectuer de la même façon, il doit s’agir d’une séparation du corps et de l’âme qui redevient par la suite un Esprit. Cette séparation sera suivie d’une réincarnation dans un nouveau corps plus ou moins vite, cela dépend beaucoup de l’état d’avancement d’épuration de l’Esprit.

Le retour de la vie corporelle

Lorsque l’âme, au moment de la mort, va se séparer du corps physique, elle va donc redevenir Esprit, elle rentre une nouvelle fois dans le monde des Esprits. Il y a des personnes qui représentent ce monde où vont les Esprits comme étant un « Tout Universel » où chaque Esprit est juste semblable à une goutte d’eau dans la mer, et qui se perdrait dans un « océan », ceux qui pensent cela sont forcément dans en plein dans l’erreur. Ici il faut voir en fait le « Tout Universel » comme étant un ensemble des êtres incorporels et dont chaque Esprit représente un élément constituant. Si les Esprits sont plutôt fondus dans la masse, ils n’auront alors que les qualités de l’ensemble en entier, et il n’y a rien qui les distinguerait les uns des autres. Les Esprits n’auraient alors ni intelligence ni qualités personnelles. Ce « Grand Tout » n’est donc pas uniforme.

Mais une chose est sûre, l’âme conserve son individualité après la mort, et même si elle n’a plus de corps matériel : un fluide qui lui est propre, qu’elle puise dans l’atmosphère de la planète, le périsprit, et qui souvent conserve l’apparence de sa précédente incarnation. C’est alors pour cela, que quand on est en communication avec les Esprits, si on a la chance de les distinguer, c’est la dernière apparence qu’avait l’Esprit que l’on pourra voir.

L’âme quand elle est redevenue Esprit ne peut rien emporter rien de ce monde terrestre sinon rien que le souvenir et le désir d’aller dans un monde où il aura une vie meilleure. Le souvenir que l’Esprit garde peut être fait de beaucoup de douceur ou de plein d’amertume, et selon l’emploi que l’on a fait tout au long de sa vie. La plupart du temps, l’âme se dégage de manière graduée du corps qu’il occupe, les liens vont alors se dénouer plutôt que de se rompent. Et en quittant le corps, l’âme n’a pas tout de suite conscience d’elle-même. Elle va d’abord rester dans une sorte de trouble, d’une durée plus ou moins longue, en fonction de l’état d’élévation de l’Esprit. Un Esprit qui est déjà très purifié se reconnaîtra presque de façon immédiate, parce qu’il s’est déjà désolidarisé de la matière qui l’enveloppait au cours de la vie du corps. Par contre un Esprit ayant atteint un moins bon niveau de pureté conserve un peu plus longtemps l’impression de cette matière qu’il vient de quitter.

 La pluralité des existences

Tous les Esprits sont à la recherche de la perfection au moyen des multiples épreuves qu’ils rencontrent dans la vie corporelle. Et c’est Dieu qui veille au maintien de cette pluralité, et tout ceci dans un souci de justice et d’équité, il va alors laisser aux Esprits la possibilité d’accomplir, à travers de nouvelles existences, ce qu’ils n’ont pas eu l’occasion de faire ou de parachever dans une première épreuve.
L’Esprit va donc bénéficier d’un certain nombre d’existences corporelles et ceux qui prétendent le contraire veulent maintenir les gens dans une certaine ignorance ou bien, ils veulent rester eux-mêmes dans leur état corporel : c’est le souvenir de la matière.

De ce fait, l’Esprit d’un enfant mort en bas âge, n’en n’est pas moins avancé que celui d’un adulte qui a eu le temps de vivre une assez longue vie. Sur le plan spirituel il peut même avoir beaucoup plus vécu, et ainsi donc avoir beaucoup plus d’expérience. Du point de vue de l’Esprit, sa durée de vie courte peut être le complément d’une existence interrompue avant le terme désiré. Pour les parents de l’enfant, cela peut être ou doit être vécu comme une expiation, c’est une épreuve pour leurs âmes qui ont sûrement eu dans une existence antérieure, une attitude qui nécessite une réparation.
Tel que nous l’avons déjà signalé plus haut, les obligations inhérentes à la vie corporelle ne sont en réalité qu’un simple moyen de purification pour les Esprits. Et si l’homme n’avait qu’une seule existence, et si après cette seule et unique existence son sort futur était fixé pour de bon, alors quel serait le sort de la moitié de l’humanité qui n’a pas eu le temps de vivre car morte en bas âge, et de plus comment jugerait on de son mérite pour jouir sans effort du bonheur éternel ?

En conclusion

Pour finir à ce sujet, si les parents transmettent à leurs enfants des traits physiques similaires et visibles, ce n’est que parce que le corps procède du corps. Par contre L’Esprit, lui ne procède pas de l’Esprit. Et dans une réincarnation, l’âme a la possibilité de revêtir un corps qui n’a aucun rapport avec celui qu’elle a abandonné.

Laissez un commentaire