Les mondes transitoires

Il n’y a absolument rien qui est inutile dans la nature. Chaque chose, chaque élément a son but. Et de la même façon il n’y a rien qui soit vide, tout est habité. Comme nous avons pu le voir au cours des chapitres qui précèdent celui-ci, l’Esprit devient âme lorsqu’il est amené à s’associer à un corps, au moment d’une incarnation. Au moment où arrive la mort du corps, l’âme rompt les liens qui l’unissent à ce corps matériel, ou plutôt les relâches progressivement, elle redevient alors Esprit quelque part dans un « Tout Universel », en attendant qu’un nouveau corps soit disponible pour s’unir et progresser.

Les Esprits errants

Lorsque l’âme se détache des liens avec le corps matériel auquel elle était unie, en retournant à l’état d’Esprit, elle n’a pas toujours la possibilité de se réincarner aussi tôt dans un nouveau corps.

Suivant son état d’avancement dans le processus de purification, un Esprit peut rester pendant un temps plus ou moins long, de quelques heures allant jusqu’à quelques milliers de siècles, avant de retrouver une nouvelle destinée. C’est dans ce cas qu’on parle d’Esprits errants.

Cet état d’errance chez les Esprits, est très souvent la conséquence d’une punition infligée par Dieu, mais il se peut aussi qu’il s’agisse d’une volonté de l’Esprit de parfaire des études qui ne peuvent se faire qu’à l’état d’Esprit. Et au cours de cette période d’errance, les Esprits étudient leur passé et cherchent les moyens de s’élever encore plus haut. Ils voient, ils observent, ils écoutent, et ils sont amené à parcourir tous les lieux où ils peuvent acquérir quelques idées en plus pour parfaire son élévation.

L’état d’errance ne veut pas dire forcément qu’il n’y a plus de progression pour l’Esprit concerné.  Certes, c’est dans l’existence à l’intérieur d’un corps, qu’un Esprit met en pratique toutes les nouvelles idées qu’il a pu acquérir, mais au cours de la transition que leur procure l’errance, ils vont abandonner peu à peu les passions qui ne les grandissent pas et qu’il a gardé de sa vie corporelle.  Et donc plus L’Esprit est élevé, et plus il est prompte à se débarrasser des passions corporelles, et moins son errance prendra de temps. Un Esprit que l’on peut considérer comme Pur n’a plus un grand besoin de s’incarner. Car il est déjà dégagé de la matière et arrivé à la perfection. On ne peut plus alors parler d’un état d’errance, car son état est à ce moment définitif.

Les mondes transitoires

Pour les Esprits qui sont bloqués dans un état d’errance particulièrement long, il existe des mondes qui servent à les accueillir dans cet état temporaire. Ce sont des sortes de bivouacs, de camps de repos, on les nomme les Mondes Transitoires. Ce sont des positions qui servent d’intermédiaires parmi les autres mondes, et ils sont classés en fonction de la nature des Esprits. C’est à dire leur degré d’élévation.
L’état d’errance pour un Esprit n’est pas toujours un état un peu pénible à supporter, même pour les Esprits les plus aguerris. Aussi dans ces mondes transitoires il est permis au Esprits de jouir d’un certain bien-être qui est plus ou moins grand, et tout cela sans ignorer qu’ils sont dans ce monde temporairement et que l’Esprit peut les quitter à tout moment.

Il existe bien-sûr aussi des progressions au moment du séjour plus ou moins long dans les mondes transitoires. Les Esprits peuvent se réunir, ils en profitent pour s’instruisent et peuvent plus simplement accéder à la permission de se rendre dans des endroits meilleurs.
Les mondes de transition ne sont pas des mondes comme on peut souvent le prétendre sur la Terre. Ce sont des mondes désert par transition, où les attraits naturelles, telles que nous le concevons sur notre planète matérielle, ne traduisent pas les beautés de la démesure. Dans ces mondes de transit pour les Esprits, ne vit, et ne peut vivre aucun être corporel. Ceux qui empruntent ces mondes transitoires n’ont vraiment besoin de rien de matériel. C’est pour cela qu’ils sont uniquement, réservés aux Esprits.

Au moment de sa création, la planète Terre est aussi passée par le stade de monde transitoire. Pendant la longue série des siècles ou de millénaires qui se sont écoulés bien avant l’apparition de l’homme, dans cet improductif chaos où les éléments se mettaient déjà en place pour accueillir la vie, la Terre n’était pas complètement dépourvue de vie. Mais cette vie n’avait pas vraiment besoins, ni nos sensations physiques pour pouvoir y trouver un lieu où elle pourra s’épanouir. Mais même dans cet état de relative imperfection Dieu a voulu que la Terre servît à quelque chose. Il serait donc vraiment prétentieux de penser qu’un seul, un tout petit monde, perdu dans l’immensité de l’univers, eût le privilège d’être peuplé.

En conclusion

Il existe forcement des mondes qu’on pourrait qualifier de parallèles dans l’Univers mais ou la vie matérielle n’est pas possible, ce n’est pas pour autant que ces mondes sont inutiles, ces mondes sont avant tout des mondes transitoires ou l’Esprit a la possibilité d’acquérir un savoir qu’il ne pourrait trouver durant une vie terrestre.

Laissez un commentaire